UniFR Logo
    Modules > Numismatique > Fondements et méthodes

    Les liaisons de coins

    Fondements :

    Dans l'Antiquité, la frappe des monnaies était réalisée à la main. De ce fait, la force qui agissait sur les flans et les outils variait considérablement. En raison de ces variations, le coin du revers s'usait plus rapidement que celui du droit qui, lui, était fermement ancré sur l'enclume et, par là-même, frappé uniformément. Le coin du revers, qui se trouvait enchâssé dans le poinçon, était par contre au contact direct du marteau et de la résistance de l'enclume.

     

    Utilité :

    La numismatique se sert du phénomène de variation des durées d'utilisation des différents coins afin de dresser la chronologie relative d'une série de pièces mises en circulation, c'est-à-dire d'une émission monétaire. Il est alors possible, par l'observation précise des types et des coins utilisés pour les graver, d'établir une chronologie relativement précise de l'histoire de leur frappe. Cette méthode est prometteuse, particulièrement pour de grandes émissions, telles que les empereurs romains en ordonnaient.

     

    description de l'image

     

    Ce schéma représente l'analyse d'au moins 18 monnaies, qui furent à chaque fois frappées au moyen d'un des deux coins de droit représentés et d'un des trois coins de revers.

    On établit d'abord pour chaque pièce la combinaison de coins correspondante.

    Ensuite, on peut introduire la combinaison trouvée dans une séquence, en utilisant le degré d'usure des différents coins comme points de repère (cf. dans le graphique la partie des coins indiquée en gris).

    Ainsi on suit le principe selon lequel une monnaie qui présente des dessins aux contours flous doit avoir été frappée plus tardivement qu'une pièce dont les figures sont encore marquées avec précision.

    À partir de l'exemple ci-dessus, il est également évident que divers coins pouvaient être utilisés alternativement, ce qui est signalé par le chevauchement des lignes.

    C'est pourquoi on suppose que, lors de la production des pièces, plusieurs coins présentant des motifs identiques furent utilisés simultanément, pour accélérer le travail.

    Les barres vertes marquent les emplacements de la chronologie où il est possible de constater une modification dans la combinaison des coins de droit ou de revers, ce qui fournit des jalons clairs pour déterminer la ligne détaillée de cette chronologie.

    Dans l'activité correspondante ("Les combinaisons de coins"), vous pouvez établir une chronologie relative à partir d'un exemple réel. À ce stade, vous verrez qu'il est possible de reprendre la même méthode pour dresser la chronologie de types monétaires différents.

     

Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse